Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 07:45
Marie-Monique Robin: si le PDG de Monsanto risquait la prison, il ferait autrement (L'Humanité Dimanche, 13 octobre 2016)
Marie Monique Robin : « Si le PDG de Monsanto risquait la prison, il ferait autrement... »
ENTRETIEN RÉALISÉ PAR PIA DE QUATREBARBES
JEUDI, 13 OCTOBRE, 2016
HUMANITÉ DIMANCHE

Pour juger les crimes contre l’environnement, la Cour pénale internationale dit vouloir étendre ses compétences. Depuis deux ans, associations, ONG préparent le « tribunal Monsanto ». Du 14 au 16 octobre, à La Haye, aux Pays-Bas, se tient le procès avec de « vrais juges, de vraies victimes et de vrais avocats ». Marie-Monique Robin, qui a révélé le scandale Monsanto, en est la marraine.

HD. Comment est né ce tribunal ?

Marie-Monique Robin. Il y a 2 ans, après avoir vu mon film « le Monde selon Monsanto », des militants m’ont dit qu’ils voulaient créer un tribunal pour juger la firme. Je me suis dit qu’ils étaient complètement fous. Mais je m’y suis associée. Avec l’ancien rapporteur à l’ONU du droit à l’alimentation Olivier De Schutter et la militante écologiste indienne Vandana Shiva, nous avons beaucoup travaillé pour le faire naître. Ce n’est pas un tribunal d’opinion comme le tribunal Russell-Sartre, qui dénonçait la politique des États-Unis au Viêt Nam en 1966. Il s’agit d’un véritable tribunal, au sens où il y a de vrais juges, de vraies victimes et de vrais avocats.

HD. Quel est son objectif ?

M.-M. R. Il est double. Le premier est d’estimer les dégâts causés par Monsanto avec ses produits. C’est une procédure civile. Car, aujourd’hui, c’est la seule qui puisse être lancée contre une entreprise. D’où le deuxième objectif, le plus important : faire reconnaître dans le droit international l’écocide, le crime contre les écosystèmes. Les juges vont faire des recommandations à la Cour pénale internationale.

La Cour pénale internationale ne reconnaît actuellement que quatre crimes : contre l’humanité, de guerre, de génocide et le crime d’agression. Cependant, le 15 septembre, elle a dit vouloir étendre ses compétences aux crimes contre l’environnement ! Le glyphosate (la molécule du Roundup, l’herbicide de Monsanto – NDLR) est un exemple parfait d’écocide : il affecte les sols, les animaux, les plantes et les humains.

HD. Pourquoi est-ce si important de reconnaître ce cinquième crime ?

M.-M. R. C’est la seule manière de stopper ces multinationales. Si on prend l’exemple du PCB (utilisé dans l’industrie jusqu’aux années 1970 – NDLR), qui a été produit à Anniston, en Alabama, par Monsanto, il a fallu des années pour que les habitants de cette ville, victimes de cancers, se réunissent dans une class action et parviennent à faire condamner la firme. Celle-ci a dû leur payer 700 millions de dollars de dédommagements. C’est la plus grosse amende jamais payée dans l’histoire de l’industrie. Mais c’est une goutte d’eau, comparé aux profits que Monsanto a engrangés. C’est la même chose pour l’agriculteur charentais Paul François, intoxiqué au Lasso, un herbicide de Monsanto, et qui a fait condamner l’entreprise.

Car, que font Monsanto, Bayer et les autres ? Ils provisionnent des fonds pour faire face à d’éventuels procès civils. La recherche du profit reste, pour les dirigeants de ces multinationales, la seule motivation. Mais, si Hugh Grant, le PDG de Monsanto, savait qu’il risque la prison, il ferait peut-être autrement.

HD. D’où viennent les victimes qui témoignent au tribunal ?

M.-M. R. De tous les continents et d’Argentine, où les milliers d’hectares de soja transgénique sont arrosés de glyphosate trois fois par an. Les victimes seront accompagnées d’experts qui vont apporter des preuves scientifiques. L’un d’eux, qui a fait 25 études épidémiologiques dans les villages entourés de soja transgénique, y a constaté une explosion des malformations congénitales et des cancers respiratoires. Une Américaine qui a un lymphome non hodgkinien, et qui cultivait du café en utilisant du Roundup, a porté plainte contre Monsanto quand le Centre international de recherche sur le cancer a classé le glyphosate comme « cancérigène probable », en 2015. Comme elle, plus de 1 000 paysans américains l’ont fait.

D’autres encore viennent du Sri Lanka. Si ce pays a été le premier à interdire le Roundup, en 2014, plus de 30 000 paysans sont morts à cause du glyphosate : ils utilisaient le Roundup pour désherber, avant de planter du riz.

En Argentine comme au Sri Lanka, des familles vivent un drame : elles ne peuvent plus boire d’eau ou se nourrir car les sols sont pollués. Tout cela fait partie d’un même système : le capitalisme mondialisé qui ne cherche que le profit, au détriment de tout. On ne réglera pas la crise sociale sans résoudre la crise écologique.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011