Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 20:44
Marie-Christine Vergiat: expulsions collectives de réfugiés, une solution illégale

Marie-Christine Vergiat. « Une solution illégale »

La Députée européenne estime que si les expulsions collectives ne peuvent être envisagées, les propositions d’ouverture défendues au Parlement méritent une meilleure écoute politique.

Marie-Christine Vergiat (Front de gauche), Députée européenne du grand Sud-Est, souligne les difficultés de la démocratie parlementaire au sein de l’Union après des débats difficiles sur la question des migrants, à Strasbourg.

La Marseillaise. La « solution turque » semble avoir provoqué un débat houleux, au parlement européen. Qu’en est-il exactement ?

Marie-Christine Vergiat. Un certain nombre de gens se battent pour l’évolution des droits de l’homme en Turquie. Le Groupe des Verts, le Groupe socialiste et nous, avons envoyé des délégations, y compris au Kurdistan. A Istambul nous avons rencontré les universitaires, dont 300 sont inculpés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. On sait ce que ça veut dire en Turquie… Je vous dis ça pour expliquer les positions de la gauche de l’hémicycle dans le cadre des discussions autour de l’implication de ce pays sur le dossier des migrants… Mais il y a une nette majorité, notamment sur la question des réfugiés, qui pousse dans le bon sens. La question qui embête tout le monde, et qui est porteuse de clivages, c’est celle du contrôle aux frontières. Par ailleurs mardi matin, nous avons eu une expression du Haut commissaire aux réfugiés qui n’a pas parlé directement de la Turquie mais qui reste très explicite. L’accord passé avec elle ne respecte pas le droit européen et le droit international notamment sur l’idée des expulsions collectives [L’Onu est intervenue dans le même sens, hier, ndlr], complètement contraire à la convention de Genève.

La Marseillaise. Comment se sont comportées les droites parlementaires ? On parle « d’obstruction… »

Marie-Christine Vergiat. Une partie de la droite parlementaire, du centre, est avant tout contre l’entrée de la Turquie dans l’UE. Dans les éléments de l’accord avec la Turquie, il y a la relance du processus d’adhésion... Pour eux, ça bloque. Par ailleurs, il y a les islamophobes –le mot ne me fait pas peur– qui eux montent au créneau et dont la pire expression a été celle du député d’Aube dorée [Eleftherios Synadinos, qui a proféré des insultes lamentables à l’endroit du peuple, turc, ndlr] provoquant son expulsion par le Président Martin Shulz. C’était hallucinant de racisme pur et au premier degré. Mais il y en a qui font ça de façon plus feutrée. Parmi ceux qui sont contre l’entrée de la Turquie, certains ont pour simple argument que ce pays est composé d’une population à majorité musulmane. Ils se disent que si la Turquie rentrait dans l’UE dans quelques années, ce serait aussi le pays le plus peuplé de l’Union. C’est important à souligner dans le contexte...

La Marseillaise. Alors que de nombreux pays semblent vouloir de toutes les façons fermer leurs frontières, quel est le poids réel du parlement, que vous dites beaucoup plus ouvert ?

Marie-Christine Vergiat. Pour ce qui est du poids du parlement, ça dépend vraiment des sujets. Il y a des résolutions que nous prenons mais qui resteront à l’état d’avis pour les gouvernements, sans plus. Sur la question des migrants ce n’est tout à fait pareil : il va falloir que cet accord se traduise par des actes législatifs. Sur ces actes législatifs nous sommes en « co-décision », comme on dit dans le jargon européen, avec le Conseil. Chacun prend position sur un texte et on essaie de trouver un point d’accord. Souvent, le Conseil ne veut rien bouger, pour ces textes-là. Le Parlement européen n’obtient que de petites concessions. Parce que le rapport de forces nous est défavorable, au final, sans l’appui des opinions. C’est ce que je dis toujours, nous avons besoin de la mobilisation citoyenne. On nous dit souvent, même nos amis politiques à gauche, que « le parlement européen ne sert à rien ». On ne peut pas dire les choses comme ça. Il faut au contraire passer à l’offensive et agir contre l’extrême droite européenne, qui en ce moment plombe ce débat de la question migratoire.

Entretien réalisé par Claude Gauthier (La Marseillaise, le 11 mars 2016)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011