Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 20:49

Un camarade du PCF, candidat du Front de Gauche aux Européennes de 2014, a été pris pour cible vendredi par le site d'extrême-droite radicale Breiz Atao pour son implication dans une action de solidarité en faveur des migrants de Calais.

Il est désigné comme un "traître" en majuscule.

D'autres militants communistes et du Front de Gauche de la région de Quimper, de Morlaix, de Douarnenez avaient été pris pour cible auparavant, mais aussi des militants de l'AFPS, de la LDH, des militants syndicaux, des artistes, des élus PS, des parents d'élèves attaqués sur leurs origines supposées par des propos racistes d'une violence extrême.

Une vidéo complètement démente paraphrasant de nombreux discours fascistes et racistes des années 30 de Boris Le Lay postée sur sa page Facebook ce week-end dit littéralement: "le peuple va bientôt exiger la tête des traîtres", qu'il faut "les répertorier", "les lister" dans toutes les communes, tous les villages, qu'il faudrait les "pendre", les exécuter "avec sauvagerie" car ils sont pires que nos "ennemis naturels", les arabes, les africains, des sauvages, des barbares inassimilables qui nous apportent toutes sortes de calamités et de maladies.

Certains militants reçoivent des messages téléphoniques de menace, ou sont ciblés aussi par des intimidations sur le site "Breiz Atao" et la page Facebook correspondant. Tout cela vise à décourager les militants de s'engager pour la solidarité et les droits des migrants et des réfugiés.

Breiz Atao est connecté à un réseau de militants ou sympathisants d'extrême-droite radicale de toute la France car le site et la page Facebook de Boris Le Lay sont très fréquentés, bien au-delà des militants d'ADSAV ou des identitaires bretons.

Boris Le Lay est d'ailleurs beaucoup plus un militant néo-nazi qu'un militant indépendantiste breton.

La fédération finistérienne du PCF va examiner les possibilités d'engager une procédure judiciaire contre ces appels à la violence politique, elle va saisir le procureur de la république et les services de l'Etat pour fermer le site raciste et d'extrême-droite radicale, si possible en concertation avec tous ceux qui ont déjà eu à se plaindre d'être livré en pâture à la rhétorique puante du petit zoo baroque de l'extrême-droite radicale.

Vous trouverez ici le communiqué du jour de la Fédération PCF du Finistère pour dénoncer ces agissements de "Breiz atao" et de ses réseaux d'extrême-droite radicale.

Communiqué de la Fédération PCF du Finistère:

Halte à l'impunité pour Breiz Atao et ses menaces contre les militants communistes et de la solidarité.

Le PCF s'enorgueillit de militer activement pour une France et une Europe plus solidaires des réfugiés et des migrants, acceptant de prendre leur part pour leur offrir un avenir à l'abri des guerres et de la misère. Car personne ne fuit son pays, ses racines, de gaieté de cœur.

Actuellement, des militants communistes du département cherchent à monter avec de nombreux autres citoyens des actions de solidarité avec les migrants des camps de Calais qui manquent à peu près de tout, alors qu'ils ont déjà subi énormément d'épreuves sur le parcours du combattant de l'exil. Nous soutenons pleinement cet investissement à la fois humanitaire, social et politique qui témoigne que l'humanité n'est pas morte dans notre société, même si ces réfugiés paraissent abandonnés des pouvoirs publics.

Si la France et les pays d'Europe occidentale donnaient des visas pour les demandeurs d'asile fuyant les guerres ou les dictatures (syriens, irakiens, kurdes, afghans, érythréens, soudanais), il n'y aurait pas des millions de réfugiés à vivre dans le dénouement le plus total en Europe et à prendre des risques énormes pour gagner l'Europe occidentale en se mettant au passage à la merci des réseaux mafieux de passeurs.

Aujourd'hui, l'extrême-droite cherche à imposer la vieille thématique xénophobe de « l'immigration invasion » menaçant prétendument notre identité et à décourager toute réaction humaine de solidarité vis-à-vis des réfugiés.

De nombreux militants du Finistère sont pris pour cible depuis des mois par les propos infâmes du site internet Breiz Atao dirigé par Boris Le Lay, sévissant lâchement depuis l'étranger, plusieurs fois condamné par la justice pour ses propos racistes et d'inspiration nazie s'attaquant à la dignité des personnes, défendant l'inégalité des races et la violence contre ceux qui ne partagent pas ses idées nauséabondes.

Cette semaine encore, un militant communiste, candidat du Front de Gauche aux dernières européennes en 2014, a été désigné comme traître à abattre pour les fous furieux de la start-up nazie qui n'a strictement rien de bretonne Breiz Atao et leur petite coopérative de la haine disséminée partout en France, parce que simplement il mobilisait l'opinion et organisait la solidarité pour les migrants et réfugiés de Calais.

Avant cela, d'autres militants du PCF, du NPA, du PS, de la LDH, de l'AFPS, de syndicats, avaient été semblablement désignés comme des "traîtres" par ces curieux "patriotes" qui revendiquent l'héritage de la collaboration pendant la seconde guerre mondiale.

Trop c'est trop !

Nous ne pouvons plus accepter que nos militants reçoivent des menaces de mort sur internet ou directement par téléphone. Nous ne pouvons plus accepter que ces groupuscules qui diffusent des idées démentes et ultra-violentes continuent à exercer leur emprise sectaire sur des esprits peu équilibrés. Le PCF va engager des poursuites contre Breiz Atao, Boris Le Lay et ses complices.

Il réclame de l’État et de la justice l'interdiction du site internet Breiz Atao, la poursuite et la condamnation de ces militants de l'extrême-droite radicale qui appellent à la dénonciation et au meurtre contre quiconque défend des idéaux de solidarité.

En période de crise sociale et de désespérance, quand les peurs et les angoisses identitaires grandissent dangereusement, les républicains ne peuvent laisser prospérer ce genre de discours public anti-démocratique d'une violence inouïe qui, on le sait, dans certaines conditions, ouvriraient la voie à toutes les barbaries.

La fédération PCF du Finistère dénonce les intimidations de "Breiz Atao" et des militants de l'extrême-droite radicale contre les militants de la solidarité

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011