Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 07:55
Michel Le Goff - Xavier Compain - Catherine Boudigou - Alain David -  Christiane Caro-  Ismaël Dupont

Michel Le Goff - Xavier Compain - Catherine Boudigou - Alain David - Christiane Caro- Ismaël Dupont

Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Hélène Derrien et François Rippe

Hélène Derrien et François Rippe

Jean-Jacques Labous (ancien salarié de la clinique de Kerlena à Roscoff), de la CGT Saint Pol, nous a parlé des conditions de la fermeture de la clinique de Kerléna et de ses conséquences

Jean-Jacques Labous (ancien salarié de la clinique de Kerlena à Roscoff), de la CGT Saint Pol, nous a parlé des conditions de la fermeture de la clinique de Kerléna et de ses conséquences

Jean-Louis Griveau et Yves Jardin, artisans de la bataille pour la défense de l'hôpital public de Douarnenez

Jean-Louis Griveau et Yves Jardin, artisans de la bataille pour la défense de l'hôpital public de Douarnenez

Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Michel Le Goff - Xavier Compain - Catherine Boudigou

Michel Le Goff - Xavier Compain - Catherine Boudigou

Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)

Des échanges passionnants mais terriblement inquiétants sur l'avenir de la santé et de l'hôpital public à Plourin les Morlaix, pour cette assemblée citoyenne et atelier sur la santé regroupant 45 à 50 personnes, dont 5 candidats du Front de Gauche aux Régionales: Xavier Compain, Catherine Boudigou, Michel Le Goff, François Rippe, Anne-Marie Alayse.

Après la présentation des conditions du débat et de cet atelier pour construire des propositions régionales et entendre les remontées du terrain des salariés par Alain David, membre du comité de section du PCF Morlaix, de la direction départementale du PCF, et de l'atelier régional santé, Christiane Caro (ancienne infirmière, animatrice de l'atelier régional santé du PCF-Front de Gauche, briochine) a commencé pour analyser la Loi santé de Marisol Touraine, ses intentions (récupérer 10 milliards sur la santé, 3 milliards sur l'hôpital public) et ses conséquences: fusions d'activités et d'hôpitaux, Groupements Hospitaliers de Territoire permettant la fermeture et le regroupement de services, des partenariats avec les établissements privés, le privé prenant les activités rentables (il ne peut plus y avoir de doublons sur un territoire). Il existe un comité territorial des élus chargés d'évaluer les actions mises en oeuvre par le groupement mais c'est de la poudre aux yeux car son autorité est quasi nulle, la vraie gouvernance est technocratique. On va accélérer le déplacement des activités dans le cadre des groupements, encourager une mobilité contrainte des personnels. Les agents de l'hôpital deviendront des agents du groupement de territoire. Le leitmotiv de cette loi santé, c'est la rentabilité: l'impact sur les patients et les personnels, on s'en moque! Les personnels ne sont plus que des variables d'ajustement.

Puis, les syndicalistes CGT de l'hôpital de Morlaix, en lutte active ces derniers mois, venus à près d'une dizaine, ont parlé de la casse du service public de la santé dans le pays de Morlaix, et plus généralement de la transformation du patient en marchandise, contemporaine d'une détérioration profonde des conditions de travail des personnels, et du sens du travail pour eux:

" A l'hôpital de Morlaix, une directrice qui va au-delà des attentes du gouvernement"

" Les contractuels sont traités comme des esclaves, les agents contractuels sont traités comme des kleenex"

"On ne prend plus en compte le soin, mais le financement: ce que ça peut coûter"

" Les arrêts de travail pour burn-out se multiplient"

" 22 000 postes vont être supprimés à l'hôpital public, 22,5 postes vont être supprimés normalement à l'hôpital de Morlaix: merci François Hollande! La santé est devenue une marchandise comme les autres. L'hôpital il faut que ça soit rentable. On est dans la maltraitante dans l'hôpital. On préconise tout à fait officiellement une douche par moi en EHPAD public... Parce qu'il manque du personnel. C'est de la maltraitance institutionnelle. On maltraite en même temps les personnels qui ne peuvent accepter de faire leur travail dans ces conditions là. Pourtant, pour faire ce métier convenablement, il faudrait laisser aux personnes âgées le maximum d'autonomie le plus longtemps possible: cela veut dire " ne pas faire les choses à leur place vite-fait" mais les "accompagner" patiemment. Etre dans de l'accompagnement humain, pas que dans des gestes fonctionnels. Quand on a 2 minutes par chambre, c'est toute autre chose! On préconise de faire des toilettes de personnes âgées l'après-midi pour les commodités du service. Que les vieux prennent leur petit déjeuner et leur déjeuner avec leurs excréments, on s'en fout! On arrive à une situation complètement aberrante où les patients sont sélectionnés en fonction du caractère rentable de leur pathologie: pas d'escarres dans le service, cela ne rapporte pas de point pour avoir de nouveaux financements... Dès lors, à quoi bon développer la prévention des escarres? Les plaies liées à des varices, ça rapporte de l'argent à l'hôpital: du coup, le vieux sera accepté plus facilement... Pareillement, en service infection cardiaque, un patient après 3 jours passés à l'hôpital va être contraint de sortir pour revenir l'après-midi ou le lendemain, tout ça parce que avec les T2A, la tarification à l'activité, la Sécu rembourse par exemple 3 jours d'hospitalisation, suite à quoi l'hôpital prend tout en charge. La tarification à l'activité, ce sont des barèmes Sécu qui financent un acte et donc une durée de séjour. La poly-pathologie n'est pas prise en compte: l'enveloppe est fermée.

" La différence entre titulaires et contractuels tend même à s'effacer: les titulaires peuvent être appelés le matin pour savoir s'ils doivent ou non travailler le jour-même"

Puis Jean-Jacques Labous ancien salarié de la clinique Kerléna à Roscoff et responsable de l'UL CGT de Saint Pol de Léon, nous a parlé de l'annonce de sa fermeture pour regroupement avec les cliniques Kelaudren, le Grand Large à Brest et l'Elorn à Landerneau pour 2018. Le Noble Age vise uniquement la rentabilité financière pour l'actionnaire. Les directions précédentes de Kerléna ont ainsi retardé autant que possibles les travaux nécessaires. Aujourd'hui, les personnels vont se voir contraint d'aller travailler à Landerneau, en se levant parfois à 4h du matin. La rééducation se fera dans d'autres conditions qu'à Roscoff, les patients de la région devront aller à Morlaix ou dans la région brestoise, avec quelles conséquences pour les familles accompagnatrices, notamment quand il s'agit de personnes âgées. Il y aura un manque d'offre de soin dans le bassin léonard.

Yves Jardin (Front de Gauche, Douarnenez) a ensuite pris la parole pour dresser le décor des luttes en Bretagne contre la casse des hôpitaux de proximité:

Des luttes qui s'organisent partout en Bretagne depuis le début des années 2000, d'abord pour les maternités, ensuite pour les services de chirurgie et les urgences. Il y a ainsi eu des batailles pour la maternité de Paimpol, à Quimperlé aussi, à Hennebont (il n'y a plus rien maintenant), à Dinan où on a construit un pôle public-privé en confiant les activités rentables à la clinique et transféré vers la clinique toutes les activités chirurgicales, à Pontivy et à Guingamp où on a aussi construit ces pôles privé-public. Les comités de défense de Douarnenez et Concarneau sont les seuls à être restés actifs dans la région. L'hôpital de Douarnenez, c'est 700 emplois temps plein pour 70 000 à 75 000 habitants dans le bassin de vie, avec par exemple des habitants de Plogoff qui se retrouvent à plus d'une demi heure de l'hôpital de Quimper. A Douarnenez, la maternité a été fermée en 1999, le service de réanimation en 2002 et le service de chirurgie en 2014. Les anesthésistes sont passés à l'hôpital de Quimper. La mobilisation de la population a été très forte, trois manifs, de décembre 2014 à mars 2015, ont réuni entre 2000 et 5000 personnes à Douarnenez et Quimper. Aujourd'hui, on est un peu au creux de la vague. La chirurgie a été fermée. La chirurgie ambulatoire a disparu. Il n'y a plus comme anesthésistes que des intérimaires venant de Brest et de Morlaix.

Hélène Derrien animatrice de la coordination nationale de défense des hôpitaux de proximité a complété le tableau. Au niveau national, depuis les années 2000, c'est 40 maternités qui ont été fermées. Cet été on a assisté à la suppression de nombreux services d'urgence. A Concarneau, le service d'urgence est fermé à partir de 19h: pendant la nuit, il faut aller à Quimper. Or, à Quimper, le service d'urgence est saturé avec plus de 200 entrées par jour. Ce que l'on cherche à faire, c'est de déplacer une partie des usagers de l'hôpital de Quimper vers les cliniques qui viennent de fusionner. Au niveau national, cette nouvelle organisation de la santé, marquée par des objectifs de rentabilité, le regroupement, la concentration, la délégation au privé des activités rentables, s'opère de manière insidieuse et présente des aspects irréversibles. La gouvernance des hôpitaux n'a plus rien de démocratique: le comité territorial des élus est de la poudre aux yeux, les comités stratégiques de direction n'ont plus ni représentants du personnel, ni représentants des élus. On gère les hôpitaux comme des entreprises privées. Le patient, c'est de la marchandise qu'on rentabilise, qu'on choisit. La concentration hospitalière et la loi Notre, c'est la même logique de concentration.

Catherine Boudigou, tête de liste du Front de Gauche dans le Finistère (membre du Parti de Gauche), médecin à Plouhinec, membre du Service de Sauvetage en Mer de Douarnenez: en 10 ans, on a cassé les hôpitaux, on a fait disparaître leur fonctionnement démocratique. Il n'y a plus aucun contrôle démocratique dans les groupements: plus de représentants des syndicats dans les caisses de sécurité sociale. Le prochain Conseil Régional devrait avoir une commission santé pour mettre le nez dans ces affaires qui concernent au plus haut point les citoyens. On dépense des milliards pour les labos par exemple dans le traitement médicamenteux complètement inefficace des différents troubles cognitifs et mentaux regroupés sous le vocable mythologique et commercial de maladie d'Alzheimer, né il y a 20 ou 25 ans aux Etats-Unis. On crée une maladie pour faire du business. Si on supprime tous les médicaments qui ne marchent pas, on rembourse le trou de la Sécu, mais le problème est que la prescription, le remboursement sont en partie dictés par les lobbies des industries pharmaceutiques.

Michel Le Goff (PCF, n°2 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère, ouvrier de l'agro-alimentaire, syndicaliste CGT, délégué central d'entreprise du groupe Bigard, élu du front de gauche à Bannalec) a ensuite pris la parole de manière passionnée et a été très applaudi quand il a mis en parallèle l'industrialisation du travail et ses dégâts dans l'agro-alimentaire et dans la santé, a rappelé que les médecins du travail avaient des consignes à Quimperlé, 3e ville ouvrière de France en proportion du nombre d'habitants, pour ne pas mettre d'arrêt de travail alors que les ouvriers de l'agro sont cassés de partout.

François Rippe (Front de Gauche Morlaix, Ensemble, enseignant spécialisé et jeune retraité, n°6 sur la liste finistérienne du Front de Gauche) a ensuite fait la proposition de la création d'un comité citoyen de soutien et de défense de l'hôpital de Morlaix pour œuvrer à la convergence et à la résistance des personnels et usagers. Nous nous sommes engagés à créer ce comité de soutien après la campagne des Régionales afin de mieux anticiper les choses, d'alerter la population, de résister et de faire échec aux réformes de casse du service public temps qu'il est encore temps et non quand les annonces de fermeture de services, d'activités se font.

Puis c'est Roger Héré, ancien responsable de l'UL CGT de Morlaix, élu-PCF Front de Gauche à Plouigneau, candidat aux départementales pour le FDG, qui a rappelé qu'on n'était pas, contrairement à ce qu'on entend souvent, dans une situation d'urgence par rapport au problème des moyens qui sont utilisables. De l'argent, il y en a. Le CICE, ajouté au PACTE de Responsabilité, c'est un vrai scandale qui vide les caisses de l'Etat pour financer les collectivités et les services publics, et les caisses de protection sociale: 40 milliards en moins pour l'égalité, 40 milliards en plus pour le Patronat, merci Valls et Hollande! En tout, depuis vingt ans, au nom du prétexte fallacieux des politiques de lutte contre le chômage, c'est 400 milliards d'exonérations fiscales et sociales qui ont été consenties pour le patronat sans retombée positive pour l'emploi. Et on continue plus que jamais cette politique néo-libérale qui conduit à la casse des services publics et de la protection sociale. Financièrement, on peut garder notre système de santé qui reste une référence dans le monde même s'il a été endommagé ces dernières années à condition de faire d'autres choix. Sinon, on va arriver à une situation où comme dans d'autres pays, il faudra être richard pour se soigner!

Puis c'est Xavier Compain, la tête de liste du Front de Gauche en Bretagne qui a pris la parole pour exposer les priorités de notre programme en les reliant à la question de la santé. Le contexte, c'est celui de l'alignement sur le prix mondial, sur le moins-disant social: on importe dans l'agro des travailleurs détachés comme on importe des infirmières roumaines, des medecins du Proche-Orient dans nos hôpitaux, plus précaires, moins bien payés. Pendant ce temps, on a un gouvernement qui n'arrête pas de faire des déclarations d'amour au patronat et à la finance. Notre rôle, cela doit être de construire, de rassembler des majorités d'idée en faisant du chemin pour résister et construire des alternatives, y compris avec ceux qui ne partagent que 80%, 70% 50% de nos idées. Il faut faire peuple autour d'objectifs de résistance et de la priorité à l'humain. Puis Xavier a développé nos propositions pour l'emploi en Bretagne, l'égalité de nos territoires (l'inégalité des territoires est le terrain du FN), le logement salubre, le transport de proximité, la lutte contre les pesticides dans l'agriculture, un scandale de santé bien plus important sans doute encore que celui de l'amiante ou de la vache folle. Notre programme est inséparablement sociale et écologique.

Puis, nous avons adopté en assemblée ce texte cadre pour nos propositions en matière de santé en y ajoutant:

1. la restriction à la liberté d'installation des médecins pour lutter contre les déserts médicaux

2. le pôle public du médicament

3. la définition extensive et ambitieuse de la santé de l'OMS comme état de bien-être psychique, physique, mental.

4. la question des moyens de la santé publique, passant par l'abandon des milliards d'exonérations sociales et fiscales pour le patronat

Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)
Régionales, liste du Front de Gauche: Débat sur la santé et l'hôpital public à Plourin les Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE REGIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011