Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 07:24
Intersyndicale de l'hôpital de Morlaix: où est l'humain? (Ouest-France)

Gilles ALLIAUME.

La fièvre est loin de retomber entre l'intersyndicale et la direction. Hier matin, les salariés de santé ont filtré les accès à l'hôpital. Un début de dialogue a été enclenché.

Dès 6 h 45, mercredi, l'intersyndicale de l'hôpital (CFDT, CGT et Sud Santé) a effectué un nouveau mouvement pour dénoncer la politique « d'austérité » menée par la direction.

Une soixantaine de salariés de santé a filtré les accès par l'entrée principale du centre hospitalier.« Nous laissons passer les ambulances qui vont aux urgences, mais les gens qui se rendent à l'hôpital en consultation ou pour travailler sont invités à passer par la rue de Brest », explique Stéphane Postollec (CFDT), au nom de l'intersyndicale. Une contrainte qui a été plutôt bien acceptée par les automobilistes.

Un mouvement que Sud santé aurait préféré plus dur en fermant tous les accès à l'hôpital. « L'idée est bonne. Elle a bien fonctionné à Saint-Brieuc. Mais il faudrait être deux ou trois fois plus. La plage horaire n'est pas satisfaisante pour mobiliser », constate Francis Landouar (Sud santé).

« À flux tendu »

D'un commun accord, les responsables syndicaux ont décidé, à l'improviste, de rencontrer la direction. Une quarantaine de « grévistes » s'est dirigée vers le dernier étage du bâtiment administratif, tout proche. La direction a accepté ce dialogue inattendu en présence d'Ariane Bénard, la directrice secondée d'Olivier Bellec, DRH et Bernard Laurent, directeur des soins.

Un dialogue ferme, mais courtois, s'engage. Les objectifs sont opposés, quand les conditions et la détresse au travail se heurtent à l'équilibre financier de l'établissement. Pour leur part, les représentants du personnel « déplorent le manque de dialogue », alors que la direction parle « de porte ouverte ».

Une infirmière avec 20 ans de service insiste sur « l'usure au travail, les problèmes d'organisation, le changement de service en bouche-trou. La priorité, c'est quand même de prendre en charge le patient ».

Une aide-soignante lance une invitation à la directrice : « Venez voir, mais pas 5 minutes, comment on travaille. C'est à flux tendu. On ne fait pas que fumer des clopes et boire des cafés en papotant. »

L'organisation, en convient Ariane Benard, « est compliquée, en particulier les remplacements de dernière minute, en tenant compte de la vie personnelle et du planning ».

« Revenir à l'équilibre »

Pour le représentant de la CFDT, « tout n'est pas négatif dans l'évolution de l'établissement. Mais il serait temps de s'occuper du facteur humain, avec une population de patients vieillissante. La charge de travail a augmenté, ce que vous reconnaissez. Il y a un moment où il faut se mettre autour de la table pour trouver en commun des solutions ».

« C'est l'humain qui m'importe, rappelle-t-il à la direction. Il n'y a pas que vos chiffres réducteurs de service. »

Ariane Bénard répond : « Les échanges n'ont jamais cessé. Il est important que les professionnels expriment leurs difficultés. Il y a des sujets sur lesquels on travaille. Mais avant tout, mon boulot est de ramener l'hôpital à l'équilibre (1) ».

(1) Un déficit de 2 millions d'euros pour un budget de 150 millions d'euros. Diminution de 22 postes sur 2 300 salariés.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents