Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 11:31

Un fort courant travaille EELV pour se démarquer de la ligne néo-libérale- sécuritaire du gouvernement VALLS-HOLLANDE qui n'a rien fait de sérieux pour l'écologie depuis des années, et pour chercher à construire des alliances contre l'austérité, sur le modèle de la coalition Syrisa, et avec le Front de Gauche notamment, plusieurs alliances étant sur le point d'être conclues dans des régions en vue des régionales de décembre prochain...

C'est un réel espoir pour les électeurs et les militants de gauche qui n'en peuvent plus de l'arrogance et du caractère réactionnaire de la politique de Hollande, Valls et Macron.

Celui de s'unir dans la gauche de gauche pour tenter de passer devant le PS aux Régionales par endroit, et peut-être aussi, rêvons un peu, devant le PS aux Présidentielles, avec bien sûr un risque réel aussi que le FN accède au second tour, risque qui existe de toute façon quoiqu'il arrive, du fait des conséquences catastrophiques et du caractère anti-démocratique de la politique de François Hollande, qui a trahi dans les grandes largeurs ses promesses faites à l'électorat populaire en 2012.

Celui de se rassembler à la gauche du PS au moins pour contester l'hégémonie du PS sur la gauche, parti qui comporte un certain nombre de militants aux idées de gauche mais aussi des dirigeants qui mènent sans état d'âme une politique de droite, et une politique de classe au service du capital.

Mais tout le monde ne l'entend pas de cette oreille à EELV... Jean-Vincent Placé et François de Rugy, les ci-devants députés irremplaçables qui ne doivent soi-disant rien à leur parti pour leur élection, mais en réalité tout au PS qui leur a laissé la place en 2012, ont décidé de franchir le Rubicon en affichant clairement leur raison:

- Se battre contre la politique de Hollande et de Valls en tentant l'association avec le Front de Gauche pour combattre la politique des austéritaires et des socio-libéraux, c'est être "gauchiste".

- Si la gauche doit conserver et conquérir le pouvoir, c'est forcément derrière le PS et ses dirigeants qui ne rendent plus aucun compte à leur parti et mènent une politiquement diamétralement opposée à ce qu'est la nature du socialisme.

- Il fait plus chaud du côté de la force. Etre réaliste, c'est être du bon côté du manche. Les autres sont des rêveurs, nous on sait pourquoi on fait de la politique, c'est pour en bouffer.

- Si on quitte EELV et milite pour que les écologistes fassent d'Hollande leur candidat de 1er tour aux prochaines présidentielles, il y a des bonnes places à prendre: un petit accessit ministériel, plus de probabilité d'être réélu en 2017 à l'ombre du PS qui saura se montrer reconnaissant.

Et voilà nos deux petits toutous qui rejoignent la niche socialiste... Bon débarras, penseront certains. Cela donnera peut-être encore plus de force à l'intérieur des Verts à ceux qui veulent s'allier au Front de Gauche.

Et pendant ce temps, Emmanuel Macron, l'Ange de la désolation pour les travailleurs, l'homme au beau sourire de tueur pour les gens de peu, celui que l'on façonne dans les belles écoles de l'élite bourgeoise, trouve lui que le PS, c'est encore trop à gauche, démodé et passéiste, et décide de passer sa fin de vacances avec ses vrais amis à l'Université d'été du Medef, chez les grands patrons, ces Français propres sur eux et souvent un peu sales à l'intérieur qui, comme Macron en a tracé le programme, n'ont pas eu même besoin de rêver de devenir millionnaires adolescents, car ils l'étaient déjà dans la plupart des cas. Le maquereau Gattaz a été satisfait de la danse du ventre de son petit gardon mignon aux reflets d'argent: des allègements de charges, des crédits d'impôt il pleuvra, les salariés l'auront dans le cul en se découvrant bientôt trop payés, trop protégés, dans les beaux discours du ministre de l'économie et de la finance, sur les manchettes des journaux et de BFM TV, et surtout, surtout, on ne s'attaquera pas à vos niches ni à vos paradis fiscaux. La faute au coût du travail, pas du capital... J'ai bien retenu la leçon, chefs ! J'espère qu'après la banque Rotschild et la bande à Manuel Valls, il restera un peu de place pour moi au paradis des égoïstes sans scrupule aux cols amidonnés.

Et pendant ce temps là cet été, des centaines de milliers de français ont crevé la dalle, n'ont pas eu les moyens de partir en vacances, ont galéré au chômage ou dans des emplois dévalués par les conditions de travail, victimes de la précarité ou de l'hyper-exploitation. Le dégoût monte, la colère gronde, pas forcément annonciatrice de bonnes nouvelles ou ruptures progressistes.

Mais tout va très bien, Madame la Marquise, ces beaux messieurs bien à l'aise dans leur beau linge pensent à leur ventre...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011