Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 15:50
Les communistes finistériens lancent une campagne pour un autre modèle agricole et agro-alimentaire, pour l'encadrement des marges de la grande distribution et pour un revenu décent pour les agriculteurs

Ces premières semaines de septembre, les communistes finistériens font leur "rentrée". (Encore que certaines sections n'ont pas chômé cet été avec par exemple les 3 fêtes du Pays Bigouden, la fête de l'Isole à Scaër, les fêtes de Fouesnant!)

La crise agricole et notamment porcine fait rage et elle est loin d'être terminée. Nos camarades de la CGT du secteur agro-alimentaire pensent même qu'il s'agit d'une vaste opération de restructuration industrielle à l'échelle européenne.

Cette situation touche notre région de plein fouet. En Bretagne 40% des emplois industriels dépendent de l'agro alimentaire.

L’activité de production de viande de boucherie est fortement concentrée en Bretagne, les quatre premières entreprises réalisant 70 % du chiffre d’affaires du secteur.

L’industrie régionale se positionne au premier rang des régions et dégage 30 % du chiffre d’affaires national réalisé par les entreprises françaises de production des viandes de boucherie et des produits d'abattage. En 2010, la Bretagne a produit plus de 132 500 tonnes de gros bovins et plus de 1,3 million de tonnes de porcs.

Autant dire que ce dossier est hyper sensible. Le fédération du PCF Finistère a donc édité un tract à plusieurs milliers d'exemplaires que l'on peut diffuser sans modération en cette fin de semaine.

L'idée est de proposer dans le même temps la vignette de la Fête de l'Huma, à une semaine de l’événement et l'Humanité Dimanche en participant à la vente de masse.

Crise agricole: des solutions justes pour les éleveurs et les consommateurs, c'est possible, c'est maintenant qu'il faut les imposer!

La grande distribution écrase les paysans sans profit pour les consommateurs

1. Avec des prix moyens des fruits et des légumes de plus en plus élevés, la recommandation « Mangez 5 fruits & légumes » est tout à fait inaccessible pour un très grand nombre de familles. 43 % des français en mangent insuffisamment.
2. Pourtant nombreux sont les producteurs qui n'arrivent pas à joindre « les deux bouts. » Les revenus des agriculteurs ont diminué de 25 % ces deux dernières années.
3. Les marges excessives de la grande distribution en sont la principale cause. Les grandes enseignes réalisent des marges de 30 à 50 % sur les produits frais : un kilo de cerises vendue 6 € le kilo rapportent seulement 0,90 € au paysan.
4. Les parlementaires , Députés et Sénateurs du PCF/Front de Gauche ont déposé une proposition de loi permettant l'encadrement des marges de la grande distribution et garantissant
un juste prix aux consommateurs et une juste rémunération aux paysans.

L'argent de nos impôts gave les gros industriels au détriment de leurs salariés et des paysans: l'exemple du Finistère!

« Cessez de gaver à coup de millions d'euros l'agro-industrie exportatrice sans se préoccuper de la qualité du travail (des salariés de l'agro, des éleveurs) et des productions..... Un groupe comme Bigard, rappelait... lors d'une conférence de presse à Pontivy les camarades CGT de l'agro-alimentaire, dont notre ami Michel Le Goff, a pu racheter SOCOPRA et CHARAL ces dernières années grâce à l'exploitation des salariés, l'augmentation de la productivité, les spéculations financières et les opérations fiscales qui spolient la nation, les exonérations de charges sociales et autres CICE, la pression sur les prix d'achats aux éleveurs. Et après, ce même groupe nous dit, car la loi de la jungle capitaliste est bien faite, que le coût du travail
est trop élevé en France, qu'en Allemagne on achète le porc 28 centimes moins cher et en Hollande 38 centimes moins cher. Et on limite ses achats avec la Cooperl de cochons pour faire tomber le prix du Porc, quitte à causer la ruine chez les éleveurs.
»

(Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF du Finistère).

DOUX: « Merci ça va! »

Non la « crise » ce n'est pas pour tout le monde..
Après avoir viré 1000 salariés, touché en 15 ans 1 000 000 000 d'€ d'argent public (oui 1 milliard c'est beaucoup de zéros...) on est aujourd'hui « fortement bénéficiaire » et on peut
vendre ses parts ... Morale: « les pertes pour tous, le profit pour quelques-uns! »

La crise porcine n'est que la dernière manifestation d'une politique au profit des gros industriels et distributeurs

Concentration effrénée des filières de production et de transformation, démantèlement des outils de régulation du marché européen au profit d'une concurrence soit disant libre et non faussée, travailleurs sur exploités dans les abattoirs, dumping social et environnemental, cours du d’achat du porc inférieurs aux coûts de production...Tous les ingrédients de la crise de l’agriculture capitaliste sont réunis.
Le gouvernement s'est installé dans les annonces incantatoires et la réunionite. La droite subitement amnésique tente de faire oublier que c’est elle qui a fait le choix de la non régulation des prix agricoles en France et au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce il y a maintenant 30 ans.
C'est elle aussi qui, du temps de Sarkozy, a inventé la mal nommée Loi de Modernisation Economique qui permet, depuis 2008, à la grande distribution d’étrangler ses fournisseurs.
Parce qu’il faut de vraies réponses pour sortir de la libre concurrence, du dumping social et
rémunérer le travail paysan, le Parti Communiste Français par la voix de ses députés déposera à l'Assemblée Nationale une proposition de loi qui prévoit notamment:
• la tenue d'une Conférence annuelle sur les prix agricoles,
• l'obligation d’indication d’origine des produits alimentaires,
• l encadrement des marges distributeur avec coefficient multiplicateur en seront les
outils.
Pour affronter avec courage l’Europe de la spéculation, la proposition de loi visera notamment à
instaurer des prix indicatifs rémunérateurs et des stocks de sécurité alimentaire.


ON PEUT, ON DOIT FAIRE AUTREMENT!


Les communistes avancent 4 propositions :


1. Produire en quantités suffisantes une alimentation saine et accessible. Face au défi alimentaire, la production agricole doit être soutenue par de nouvelles politiques publiques. L’indépendance alimentaire doit être garantie. La relocalisation des productions doit privilégier la satisfaction des besoins humains.

2. Vivre dignement de son travail. Des paysans justement rémunérés sont la condition d’installation de jeunes.

Cette exigence vaut pour les salariés de l’agroalimentaire. Cela passe par des prix
rémunérateurs garantis, la planification de la production et la régulation des marchés, la production et la répartition des terres agricoles, le soutien public aux exploitations et aux filières les plus fragiles. La redistribution de la valeur ajoutée au bénéfice des producteurs est essentielle.

3. Engager la transition écologique de l’agriculture.
À la culpabilisation d’un secteur empêtré dans le productivisme nous proposons d’en sortir par le haut par :
• la promotion de bonnes pratiques agronomiques, aptes à maintenir durablement des
rendements équilibrés et réalistes;
• la diversification des productions ;
• l'amélioration de la complémentarité entre culture et élevage.
• l'orientation de la recherche agronomique vers ce nouveau développement.

4. Promouvoir un aménagement équilibré des territoires.

Les paysans sont des acteurs économiques et sociaux majeurs des espaces ruraux européens. Le rôle qui est le leur dans l’aménagement des territoires doit être reconnu, soutenu et encouragé par une politique de maintien des services
publics. Les enjeux alimentaires interpellent nos civilisations. Ils appellent un nouveau mode de
développement. C’est le sens de la contribution à l'écriture du projet d’émancipation humaine que vient de formuler le PCF : « La France en commun ». Nous invitons le monde agricole, les salariés, les citoyens, à construire des majorités d'idées et de projets alternatifs sans attendre.
L'occasion nous est donnée lors des élections régionales de porter un autre avenir pour l'agriculture bretonne.

C'est le goinfrage de la grande distribution qu'il faut bloquer !

"L'appel à la bonne conduite commerciale des GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) par le
gouvernement est un emballage vide. Lorsque qu'on est de gauche il faut être courageux!
Dans ses 15 mesures immédiates pour la France, le PCF veut encadrer les marges de la grande distribution ! Un coefficient pourrait être appliqué dès maintenant à tous les produits de base, garantie d'un juste prix pour consommateurs comme pour les paysa
ns".

Extrait du communiqué de Xavier Compain, chef de file du PCF en Bretagne pour les Élections
Régionales

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents