Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 20:59

SOCIAL ET LOGEMENT

Les missions exercées dans le cadre d’un schéma d’action sociale de proximité portent sur :

  1. l’accueil et l’orientation des personnes

Le Conseil général propose en direct ou soutient des accueils du public sur tout le département. Tous les Finistériens peuvent être concernés, à tous les âges de la vie. Ces accueils permettent de les orienter, de les accompagner et de leur apporter des services au quotidien.

  1. Protection de l’enfance et de la famille
    • Accueil des enfants : Le Conseil Général a un rôle d’agrément et de contrôle des établissements et services d’accueil de la petite enfance. L’objectif est de permettre aux familles de trouver le mode d’accueil de leur choix, chez une assistante maternelle ou dans une structure collective.
    • Accompagnement des familles, prévention des risques : Des équipes constituées d’assistants sociaux, éducateurs, professionnels de PMI, techniciennes de l’intervention sociale et familiale interviennent en soutien des parents en difficulté dans l’éducation et la prise en charge des enfants, avec comme préoccupation la préservation de l’équilibre familial et l’intérêt de l’enfant. En plus des aides éducatives à domicile, il existe des aides financières ponctuelles sous forme d’allocations mensuelles aux familles gérées par les CLLE (commissions locales de lutte contre les exclusions) ou d’aides à l’enfant pour financer des dépenses spécifiques (séjour vacances, activité scolaire …)
    • Placement des enfants lorsque le lien familial n’a pas pu être préservé. Les enfants sont pris en charge par des familles d’accueil ou des services d’accueil collectif financés par le conseil général

Au 31 décembre 2010, on compte 1882 mineurs confiés au Conseil Général dont 70% sont pris en charge en familles d’accueil.

Nous avons rencontré des travailleurs sociaux du CDAS qui nous ont brossé un tableau très sombre des conditions dans lesquelles elles exercent leurs missions:

  • Il existe un fossé entre les salariés de base et les décideurs qui connaissent très mal la réalité du terrain et qui sont même dans le déni de cette réalité.
  • La parole des personnels de terrain n’est pas entendue et leur travail n’est pas respecté
  • Des coupes budgétaires fragilisant beaucoup les travailleurs sociaux et par voie de conséquence les familles dont ils sont la charge.
  • Des moyens de plus en plus réduits : une assistante sociale va se voir confier l’accompagnement de 30 enfants, ce qui est impossible à faire dans le cadre de journées de travail normales, donc accumulation d’heures supplémentaires que l’on reproche ensuite aux A.S. en leur disant qu’elles ne savent pas s’organiser, donc suivi insatisfaisant des enfants, travail de prévention de plus en plus difficile à faire et mesures de placement plus fréquentes. Avec le plus souvent des situations et des problématiques de plus en plus complexes. Cet accompagnement devient donc de plus en plus difficile à faire dans le cadre de journées de travail normales. Ce qui explique souvent l’accumulation
  • Le personnel est à flux tendu en permanence
  • Des réorganisations récurrentes sans concertation avec les personnels de terrain, contreproductives et ne permettant pas de se situer dans le long terme
  • Des réorganisations dont le seul objectif est la recherche d’économies mais qui ne permettent plus aux travailleurs sociaux de faire leur travail correctement. Par exemple : des postes sont enlevés à la prévention pour les transférer à la protection de l’enfance, ce qui met en danger des enfants dont les parcours se dégradent plus rapidement.
  • La situation se dégrade plus particulièrement dans les campagnes car les gens ne peuvent pas venir jusqu’aux points d’accueil et les travailleurs sociaux ont de moins en moins de temps pour se déplacer. Donc de plus en plus de monde au bord du chemin en milieu rural
  • Par ailleurs, les associations recevant des subventions du conseil général sont de plus en plus fragilisées : coupes dans les subventions, conventions de partenariat à l’année qui ne permettent pas de s’organiser sur le moyen/long terme (ex : Coallia)
  1. l’insertion et la lutte contre la pauvreté et les exclusions,
    • Le Conseil Général gère tout le dispositif RSA. Fin 2011, cela représentait 21640 foyers finistériens
    • Dans le cadre d’un plan départemental d’insertion, le CG propose :
      • un certain nombre d’accompagnements comme l’aide à la gestion des ressources et un accompagnement individualisé dans les domaines du budget, de l’accès aux droits, de l’insertion, du logement, de la santé.
      • Des aides aux jeunes attribuées par les CLLEE
      • Des contrats d’insertion
      • Des chantiers d’insertion …
  2. la coordination et l’animation du réseau des Centres Locaux d’Information et de Coordination pour les personnes âgées et leurs familles

Les CLIC sont des lieux d’information sur les droits des personnes âgées, les aides à domicile, l’adaptation des logements, les structures d’accueil et d’hébergement ...

LE LOGEMENT

Le Conseil Général a pour rôle :

  • d’étudier les besoins en logement des Finistériens,
  • de développer l’offre de logements abordables (construction, rénovation …),
  • d’avoir un rôle moteur dans le développement d’un habitat économe et d’une bonne qualité environnementale ,
  • de multiplier les solutions et mesures d’accompagnement en faveur des ménages en difficulté sociale et économique (Fonds de solidarité pour le logement permettant l’accès et le maintien dans un logement ; visite eau-énergie afin d’aider les ménages maîtriser leurs charges)

Le Conseil Général est un acteur majeur de l’organisation du logement sur son territoire : C’est lui qui attribue les aides au logement social et à l’amélioration de l’habitat privé. C’est lui qui agrée et finance les opérations sur son territoire. Il est le chef d’orchestre et l’interlocuteur incontournable des EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) et des bailleurs sociaux.

Théoriquement, il semblerait donc que le Conseil Général ait entre ses mains les outils nécessaires pour le développement d’un habitat équilibré et qui prenne notamment en compte la mixité sociale qui devient un objectif indispensable au vivre ensemble, à la lutte contre les discriminations et le communautarisme.

Il suffit pourtant de regarder autour de soi pour voir qu’on est loin du compte :

  • des quartiers qui deviennent des ghettos par le manque de mixité sociale (il conviendrait notamment d’accentuer les mesures incitatives et financières contraignant les communes à respecter la règle des 20 %)
  • des bailleurs sociaux qui ne respectent pas tous, loin s’en faut, leur obligation de maintenir leur parc dans un état d’habitation décent, économe sur le plan énergétique, respectueux des règles environnementales (les contrôles sur le terrain sont insuffisants, voire parfois inexistants)
  • des lotissements construits sans penser à y intégrer aucun élément permettant à ses habitants de fabriquer du lien social (parc, commerce, lieu culturel …)

D’où la nécessité d’avoir des élus de gauche dans cette instance afin d’y appliquer une politique résolument anti-austéritaire et respectueuse de l’intérêt de tous :

  • Des moyens en personnels suffisant pour pouvoir mettre en place des actions cohérentes avec la réalité et les besoins du terrain
  • Des personnels de terrain associés à l’élaboration des politiques et de leur organisation sur le terrain
  • Des dotations de l’état en adéquation avec l’importance des missions déléguées
  • Un contrôle démocratique de l’attribution des aides accordées aux EPCI ou bailleurs sociaux et de leur utilisation
  • Un partenariat avec les différentes associations permettant à celles-ci de travailler dans la durée (conventions triennales et non annuelles, subventions maintenues voire revalorisées étant donné l’accroissement et la complexification de leurs missions). Michèle Abramovicz

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011